28/11/2016

Votations du 27 novembre 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE DU PARTI RADICAL DE GAUCHE

VOTATIONS FEDERALES

Le Parti Radical de Gauche (PRG) déplore que la Suisse, par considérations économiques dépassées et au détriment d’évidences sécuritaires et sanitaires, n’ait pas saisi la chance de prendre une décision historique ce dimanche en abandonnant l’énergie nucléaire. Le PRG le regrette d’autant plus qu’il est soucieux de l’environnement et de la santé de nos concitoyens, ainsi que de celle de nos descendants, Aujourd’hui, le débat a été relancé, l’abandon de l’énergie nucléaire n’est qu’une question de temps. Si nos centrales déliquescentes nous l’accordent.

 

VOTATIONS CANTONALES

Soucieux des conditions de travail, et notamment de celles des emplois précaires, le Parti Radical de Gauche ne peut pas se réjouir de l’issue du scrutin de dimanche et du succès du contre-projet. Rien à l’heure actuelle ne garantit fermement que les heures supplémentaires seront calculées à leur valeur réelle. Le PRG redoute à terme une aggravation de la précarisation de l’emploi. Face à cette dégradation prévisible, il est urgent d’augmenter le nombre d’inspecteurs du travail et de codifier de manière plus contraignante le recours aux heures supplémentaires dans les emplois touchés par cette votation.


VOTATION COMMUNALE EN VILLE DE GENEVE

La victoire du OUI au projet de réaménagement de la plaine de Plainpalais ne signifie pas un blanc-seing à la politique du magistrat en charge des constructions et de l'aménagement. Dans cette campagne, le PRG a mis en lumière les innombrables problèmes d'opacité dans la gestion et la gouvernance de Rémy Pagani. Quarante pour cent (40%) du corps électoral a envoyé un avertissement au magistrat, qui n'a plus le droit de négliger les besoins de la population. Dans les prochaines échéances, le PRG sera là pour rappeler que la concertation est nécessaire, que la transparence doit être absolue, et qu’il est du devoir des autorités d’apporter à la population des éléments de réponse clairs aux questions qu’elle se pose.

Les commentaires sont fermés.